Modèles créatifs d'hébergement pour jeunes enfants  -   co-parentalité 

 

1. Modèles d'hébergement adaptés à l'âge de l'enfant

Plus l’enfant est jeune, moins il supporte une séparation d'une certaine longueur de ses parents.

 

Chaque mode d’hébergement alterné doit tenir compte de l’âge de l’enfant et doit être adapté à l'âge de l'enfant.

 

L’âge d’un enfant gère et fait évoluer son développement , sa perception subjective du temps, ses besoins d’attachements.

 

Plus on vieillit, plus le temps passe vite; ou, en d'autres termes, plus l’enfant est jeune, plus le temps est long pour lui.   Pour avoir une idée de l'expérience subjective du temps, on peut  l'exprimer en pourcentage de l'âge;   un jour pour un enfant d'un an dans son expérience subjective du temps, serait aussi long qu’un mois pour ses parents de 30 ans; et 12 jours (le temps entre deux week-ends) seraient pour lui comme 1 an pour ses parents! (J.P. de Man)

Donc, plus l’enfant est jeune, moins il supporte une séparation d'une certaine longueur de ses parents.

 

Chaque mode d’hébergement alterné doit tenir compte de l’âge de l’enfant et doit être adapté à l'âge de l'enfant.

(Cfr "spirit of law" pour l'argument : l'esprit de la loi belge = tenir compte de l'âge de l'enfant)

 

1/  guideline proposed by T.B. Brazelton et S.I. Greenspan, 2001 : 

from 0 to 1 years old : two or three times a week , half day at non residential parent

from 1 to 3 years old : depending on the degree of parental accordance, the non residential parent's implication in first caring, the child capacity , the child's knowing the non residential parent's housing, a night at the non residential parent and maximum two nights as from 3 years old

from 3 to 5 years old : residence with the non residential parent a weekend every two weeks and a half day during the week; holidays with the non residential parent if contact maintained with residential parent

as from 6 years old : shared residence could be considered if the parents can talk to each other for things concerning the child

 

2/  guideline proposed by J.P. de Man,    :

 

Une règle simple  :   l’enfant ne devrait pas être séparé d’un de ses parents de plus de jours qu’il a d’années d’âge (soit 1 jour pour un enfant d’1 an, 2 jours pour un enfant de 2 ans, etc)

 

3/  Guideline proposed by Laly N. 2014   :

 

maximum 1 jour de séparation d'un des parents pour un enfant de la première gardienne (3 ans),   2 jours pour un enfant de la seconde gardienne (4 ans),   3 jours pour un enfant de la troisième gardienne (5 ans), 7 jours à partir de la quatrième année primaires (9-10 ans), 12 jours (un week-end sur deux) à la fin de la seconde année du secondaire  (14 ans) - des périodes moins longues de séparation sont toujours possibles

 

2. Différents modèles d'hébergement - deux maisons

1/ Moments  fixes en journée :

 

Lu v -Ma v - Me - Jeu v - Ven v- Sam v - Dim v - Lu v - Ma - Me  v - Jeu - Ven v - Sam v - Dim v

 

Notes by J.P. de Man :

“Each day the mother (father) works,  the father (mother) will collect their child at its nurse(ry) (name and address) and take care of it until (s)he brings it  to the mother’s (father’s) home, between …and …o’clock.” 

Babies need fixed “rituals” in order to recognize and know the world.    For this reason, it is necessary, that the “visiting” parent appears into his baby’s life at always the same part of the day, when the same things happen, and does the same activity with him, with the same rituals. 

 

2/ De jour en jour, aussi pendant le weekend

 

Lu - Ma - Me - Jeu - Ve - Sam - Dim - Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sa -  Dim

 

 

3/ Jours fixes en semaine, un mercredi sur deux, jours fixes en week-end
 
 
 Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma - Me - Jeu  -Ven - Sam - Dim     (2/2/2/1)  

 

4/ De jour en jour pendant la semaine

 
Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma  - Me - Jeu  - Ven - Sam - Dim   (3/1/1/1/1) 
 
 
 

5/ Une semaine sauf le lundi  

 

 Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim    (1/3/3)

 
 

6/  Un week-end prolongé sur deux , et deux jours en semaine

 

 Lu - Ma  - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu -Ma - Me - Jeu  - Ven - Sam - Dim    (2/2/3)

 

 

7/ Jours fixes en semaine, et un demi- weekend  

 

Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma - Me - Jeu -Ven - Sam - Dim  

 

8/ un week-end prolongé sur deux et deux jours fixes en semaine

 

 Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu -Ma -Me - Jeu -Ven - Sam - Dim   (5/5/2/2)    

 

9.

9.1/   Un week-end sur deux,  le mercredi chez l'un parents, les autres jours chez l'autre parent

 

 Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu -Ma - Me - Jeu -Ven - Sam - Dim     (29%)

 

9.2/  Un week-end prolongé sur  deux,  le mercredi chez l'un parents, les autres jours chez l'autre parent

 

 Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma - Mer - Jeu -Ven - Sam - Dim   (36%

 

 

10/ Une semaine sur deux 

 

 Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma - Me - Jeu -Ven - Sam - Dim    (7/7)

 
11/ Un week-end sur deux et une visite en milieu de semaine

 

 Lu - Ma - Me visite - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma  - Me visite - Jeu -Ven - Sam - Dim    (7 / v / 1 / 3 / 3 / v )   (25%)          

 

12/  Un week-end sur deux et une demie semaine   (9/5) 

 

12.1/  

 

Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma - Me - Jeu -Ven - Sam - Dim        (7/2/2/3)     (37,5%

 

12.2/

Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma - Me - Jeu - Ven Sam - Dim      (7/3/2/2)   (37,5%

 

 

12.3/  

Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim     (“court 9/5”)    (36%    

 

 

12.4/  

Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim    ("long 9/5")  (37,5%   

 

 

 

13.

13.1/   Un week-end sur deux  

Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim   (12 /2 )   (14%

 

13.2/ Un week-end prolongé sur deux  

Lu -Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim   (11/3 )   (21%)

 

14.  Deux semaines / deux semaines  -  un mois / un mois  

Lorsque les enfants sont plus âgés et que cela leur convient mieux, des périodes de séparations plus longues peuvent être convenues. 

 

3. "Soin au nid" - une maison

Ici les enfants ne déménagent pas d’un parent à l’autre. Les enfants restent dans la maison familiale où chacun des parents prend soin d’eux, chacun à son tour. 

 

Cela est possible pour tous les schémas précédents.

Cette disposition évite aux enfants le stress de s’adapter à chaque fois à un nouvel environnement. Ils restent dans leur foyer, leur environnement habituel.  Ceci est plus facilement réalisable quand les deux parents ont un nouveau partenaire, de la famille ou des amis chez qui ils peuvent loger pendant les périodes où ils n’ont pas à s’occuper des enfants.  C’est aussi possible quand la maison est assez grande pour que chaque parent puisse habiter dans une partie à soi de la maison

Parce que les deux parents ne doivent pas avoir de maison assez grande pour pouvoir loger les enfants, cette solution est également financièrement avantageuse, surtout quand il y a beaucoup d'enfants, et certainement si les parents peuvent aller habiter en alternance dans le même studio.

Cette disposition n’est généralement utilisée que comme solution temporaire, par exemple, jusqu’à ce que les deux parents aient trouvé leur propre maison qu’ils peuvent payer, et qui est assez grande pour loger correctement leurs enfants.

 

4. Enfants d'âges différents - la fraterie
 

Il est logique qu’on ne veuille pas (trop) séparer les frères et sœurs.

 

Le régime d’hébergement doit tenir compte de l’âge du plus jeune enfant ; un enfant de deux ans n’a que deux ans même si son ainée a douze ans. 

 

Les enfants à l’école primaire ont leurs livres d’école en classe ; l’enfant emmène son livre à la maison pour son devoir. A l’école secondaire les livres sont gardés à la maison et l’enfant emporte les livres nécessaires en journée à l’école. 

Un mode d’hébergement qui tient compte de l’âge du plus jeune enfant à l’école maternelle ou primaire, implique que les parents devront s’organiser pour faire transiter les livres nécessaires des enfants à l’école secondaire.

 

Lu - Ma - Me  - Jeu  - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim    (+3 , 8 et 12 ans

 

Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim - Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - Sam - Dim     (+6 , 10 et 15 ans)

 
 
5. Les vacances (scolaires)
Pourquoi ne pas garder le même schéma ?  Si celui-ci convient aux enfants autant continuer pendant les vacances.

 

Si l’un des parents souhaite partir en vacances, il y a des recommandations scientifiques qui préconisent un séjour de maximum 10 jours avec un des parents pour les enfants de 8-9 ans.

 

Les auteurs de ces recommandations ne disent rien pour les plus jeunes enfants.

 

Mr J.P. de Man écrit qu’un séjour de sept jours avec l’un des parents peut probablement être bien supporté par les jeunes enfants de 4-7 ans.  Afin de faciliter la réponse à leur question de « quand je revois papa/maman ?» , un calendrier peut être fait sur lequel chaque jour de passé est barré, ou un ruban où l’on enlève chaque jour un centimètre.  Une communication par téléphone ou skype peut permettre à l’enfant d’entendre ou de voir l’autre parent (afin de ne pas l’oublier – le temps est long pour les jeunes enfants) (mais parfois entendre un parent est parfois plus difficile pour l’enfant et le fait pleurer…).

 

Pour éviter des discussions, un accord de mode de résidence pendant les vacances (hors juillet et août), peut prévoir : pendant les années paires, la première partie des vacances (hors juillet et août) chez le parent A jusque 18h ; et la seconde partie des vacances chez le parent B jusqu’à l’école ; et le contraire pendant les années impaires.  Si le nombre de jours de vacances est impair, la transition se fait entre 12h et 12h30 le jour du milieu.

 

 

6. Notes

6.1.  Fonctionnement des modèles

  

ex   Lu - Ma - Me - Jeu - Ven - ...  

 

Mercredi et jeudi soir l'enfant dort chez le parent B

Le parent B récupère l'enfant mercredi après l'école / la garderie ou entre 12h et 13h chez le parent A et le soigne jusque vendredi midi

Le parent A récupère l'enfant vendredi après l'école / la garderie ou entre 12h et 13h chez le parent B

 

Afin d'éviter les conflits entre parents en présence de l'enfant, il est opportun de faire la transition non pas au pas de porte mais dans un endroit neutre comme l'école, la crèche, la bibliothèque, la salle de sport, 

 

Pour les visites en journée  :  le parent visiteur emmène l'enfant pendant les heures de visite à la plaine de jeu locale, la bibliothèque,  ou reste à la maison de l'autre parent; ce dernier se tient à l'écart dans une autre pièce afin d'éviter les discussions et afin de laisser le parent visiteur se concentrer sur sa relation avec l'enfant.

6.2.  Observations

 

Les modèles d’hébergement décrits ci-dessous  offrent  seulement une liste de différentes possibilités.  

 

En évaluant la pertinence de ces modèles les parents doivent aussi  examiner soigneusement leur propre histoire, les circonstances, leurs besoins et préférences.  

 

Il se peut qu’un parent ne veuille pas ou ne puisse pas s’occuper régulièrement de son enfant – son travail ne le lui permet pas, il trouve trop difficile de se séparer à chaque fois de son enfant - ; là aussi un contact régulier même court est mieux pour l’enfant que de longues périodes sans aucun contact.

 

Souvent le parent qui n’a pas pris sur lui le soin de l’enfant, découvre lors de la séparation la nécessité et sa capacité de prendre du temps pour et de soigner pour son enfant ; ceci est souvent trop tard pour sauver la vie commune mais jamais trop tard pour l’enfant. 

 

La qualité du contact avec l’enfant est plus important que la quantité ; d’autre part la qualité du temps nécessite un minimum de quantité de temps.

 

Mais en aucun cas il ne faut perdre de vue l’intérêt supérieur de l’enfant , son âge,  son développement, ou ses capacités.

 

Se séparer de son enfant et donner le soin de son enfant à l’autre parent , n’est pas chose facile. Mais cela soulage le parent un peu de la responsabilité et de la charge que la garde et l’éducation des enfants impliquent, cela lui ôte la charge d’une ou quelques soirées de devoir et d’un ou quelques matins de préparation pour l’école, et lui donne ainsi plus de temps libre personnel.  Le régime d’hébergement alterné allège les deux parents, à intervalles réguliers, de leurs responsabilités parentales et de leur charge de soin des enfants, et leur évite ainsi d’être surchargés.  Le régime d’hébergement alterné égalitaire permet aux deux parents de s’impliquer de plus près à l’éducation des enfants.

 

Avis aux parents :

Vous n’êtes plus conjoints mais vous resterez toujours parents.

En tant que parent, vous voulez tous les deux le meilleur pour votre enfant.

Vous connaissez le mieux votre enfant ; vous savez le mieux ce qui est dans son intérêt.

Oeuvrez pour un mode d'hébergement respecteux pour l'enfant , plutôt qu'à tout prix égalitaire; chaque enfant est unique, chaque situation familiale aussi; l'enfant change avec les années, le mode d'hébergement doit dès lors parfois aussi s'adapter.

"Persévérez dans la recherche d’un accord afin de parvenir à la sérénité. Tant qu’il n’y a pas d’accord, les souffrances continuent pour tout le monde. N’abandonnez pas trop rapidement. Ce n’est pas parce que vous n’avez pas négocié jusqu’à présent, que vous n’en êtes pas capables. Si vous n’y parvenez pas aujourd’hui, cela réussira peut-être l’année prochaine. Si vous n’y parvenez pas, dans un cadre conflictuel, avec deux avocats, essayez avec un médiateur.  Les enfants attendent de leurs parents qu’ils continuent à s’investir pour les rendre heureux. Les enfants veulent que les conflits entre leurs parents cessent.  (Mme Mia Renders, psychologue des enfants, médiatrice parentale, Centrum Algemeen Welzijnswerk  Artevelde Contrapunt, dans DOC 51 1673/014  27 janvier 2006)"

6.3.  Argumentation contre les modèles ci-dessus?

 

1/  Les modèles d'hébergement adaptés à l'âge de l'enfant sont impossibles pour un parent en raison de son activité professionnelle, seul le modèle d'une semaine/ une semaine est possible 

Réponse possible : c'est au parent à s'adapter à son enfant - l'enfant n'est jeune que quelques années - il y a des congés parentaux qui permettent de se libérer afin de rendre visite à son enfant régulièrement -  les modèles d'hébergement où l'enfant a  l'occasion de voir régulièrement son parent même brièvement (un dîner le mercredi midi au lieu du dîner 'affaire) et quelques nuitées en weekend sont aussi envisageables pour des enfants à l'âge de l'école primaire.

 

2/   il y a aussi des parents non séparés qui s'absentent pour une durée plus au moins longue pour des raisons professionnelles ou personnelles  - cela se passe bien pour l'enfant - alors pourquoi pas en cas de séparation des parents?

 
Réponse possible :  Si l'un des parents est absent pour voyages/ boulot/raisons médicales, l'enfant est effectivement séparé de son parent (et pour les tous jeunes enfants je crois que ceci est aussi difficile - mais parfois nécessaire).

Mais l'enfant est et reste dans la maison familiale où son papa/sa mama reviendra.  Papa/mama qui est présent quand l'autre s'absente, peut probablement mieux encadrer cette séparation. Le parent qui s'absente volontairement ou par nécessité, peut ou pourra revenir à la maison où se trouve l'enfant.

 

3/ le problème du parent qui souhaite déménager plus au moins loin après la séparation :

 

Réponse possible : un trop long voyage systématiquement pour se retrouver au domicile de l'un ou l'autre parent est à éviter - mais qu'est-ce long? - le domicile où l'enfant a vécu jusqu'à la séparation peut être pris en considération pour convenir que c'est dans ces environs -là que l'enfant restera et ira à l'école/la garderie tant qu'il est jeune et qu'il supporte mal d'être séparé longtemps de ses parents séparés   - aux parents de s'arranger de rester vivre dans ces environs ou de revenir là à chaque fois que l'enfant est hébergé chez eux  - ou au parent de se faire une raison et de laisser le soin et résidence à l'autre parent et d'essayer de voir l'enfant dès que cela lui est possible.